A l’affiche

Festival 2016 : Origné

A l’origine, sur le site d’Origné se dressait la Chapelle Saint Etienne. En 1150, Vivien de Cossé cède le terrain aux religieux de Marmoutier pour y construire un prieuré. La commune est créée en 1857 par prélèvements sur des territoires de Houssay, Nuillé sur Vicoin et Quelaines Saint Gault.

Origné fête donc ses 150 ans .

La commune se dépeuple au cours du XXe siècle sous l’effet de l’exode rural. Cependant, la population augmente depuis 1990 en raison de la proximité avec les secteurs d’activité de Laval et de  Château-Gontier.

Construite sur les ruines d’une chapelle du XIIe siècle, l’église Saint Etienne conserve sa nef gothique et des vitraux des XIIIe et XVIIIe. Au dessus du confessionnal, un tableau représentant la Vierge, l’enfant Jésus, St Benoit et St Quentin est un cadeau de Napoléon III au Général Duboys Fresney (1869).

Le café du centre conserve sur ses murs 10 petites peintures réalisées en 1926 par Beyel, artiste nomade qui peignait des fresques naïves en échange du gîte et du couvert.

La légende dit qu’un chasseur poursuivi par des aspics fit le vœu de construire une chapelle s’il parvenait à leur échapper. C’est ainsi que la Chapelle de Brioche vit le jour, modeste construction qui ressemble davantage à une maison de chasseurs.

Le château de La Roche qui domine la vallée voit passer, sur l’affiche dessinée par Patrick Prugne, un canoë de farouches Amérindiens.  Ce château, construit en 1865 – 1867 par le général Dubois Fresney, est toujours occupé par ses descendants.

Festival 2015 : les mégalithes de Houssay

Commune de 467 habitants du Pays de Chateau Gontier.

Le nom Houssay vient du latin Huxus qui signifie houx.

Située sur les bords de la Mayenne , la commune compte plusieurs attraits touristiques :

Le château de la Rongère datant des XVIe et XVIIe siècles.

Le pont de la Valette qui a remplacé en 1841 le bac permettant de traverser la rivière. C’est le seul pont sur la Mayenne a n’avoir pas été dynamité en 1944.

Autrefois il existait un port à la Valette associé à un moulin à blé qui utilisait la chute d’eau du barrage. Le moulin a disparu avec la suppression du barrage au XIXe siècle.

L’église avait beaucoup souffert durant la Révolution . Elle a du être complètement recontruite entre 1869 et 1873 .

An nord de la commune , la colline du taillis du rocher abrite des mégalithes : deux menhirs et un dolmen , vestiges d’un cercle de pierres et d’une sépulture. Les mégalithes de la Baronnière se situent le long d’un chemin ombragé qui part du lieu dit « Choiseau ».

L’un de ces mégalithe est représenté sur l’affiche du festival de cette année. Pour respecter la tradition, l’héroïne de l’édition précédente, Maude figure sur le dessin. Elle monte cette pierre dans la grande course des menhirs. Elle porte un maillot rouge et une toque de Cyrano (l’un des personnages du petit monde de Rebecca).

 

Festival 2014 : le champs de courses de Molières (Chemazé)

Le festival 2014 ayant pour thème le cheval, c’est tout naturellement que le regard de Benoit Du Peloux s’est tourné vers le champ de courses de Molières.

L’hippodrome se situe la commune de Chemazé.

Les premières courses ont été organisées lors de la seconde guerre mondiale pour récolter des fonds destinés aux colis que les habitants du village envoyaient aux soldats.

L’hippodrome a été officialisé en 1953 grâce à l’initiative de M. De Crozé (cavalier militaire) et de M .Goupil (maréchal ferrant).

Actuellement, 2 jours de courses ont lieu en juillet chaque année avec des épreuves de trot attelé, de plat et de steeple chase cross.

Sur notre affiche Maude , l’héroïne de Triple Galop remporte la course alors que Joanovici, la vedette de l’édition 2013 du festival, n’a pu franchir la haie.

Molières compte également une église et un château du XIIe siècle.

 

 

Festival 2013 : Ménil

Originaire de la Mayenne Angevine, Sylvain Vallée a choisi Ménil et son célèbre bac pour thème de l’affiche du festival 2013.

Le bac est le symbole de Ménil. Construit en 1837, il a permis aux habitants de Coudray et aux employés du château de la Porte de traverser la Mayenne en leur évitant un détour d’une dizaine de kilomètres. A l’origine, il pouvait transporter 30 personnes et 10 chevaux.

Restauré en 1989 il est actuellement limité à 11 personnes ou un véhicule (une traction avant par exemple) .

C’est le dernier bac en activité dans le département.

Avec le terrain de camping tout proche, la guinguette et le chemin de halage, le bac constitue une incontournable attraction touristique.

Le peintre du dimanche représenté aux côtés de Joanovici à sûrement l’intention d’immortaliser sur sa toile l’église paroissiale Saint-Georges se reflétant dans les eaux de La rivière.

L’église St Georges qui date du XIe siècle est une autre curiosité de Ménil, même si sa restauration vers 1860 lui a fait perdre le caractère roman de ses jeunes années.

 

 

Festival 2012 : Loigné-sur-Mayenne

Le grand cirque Gradimir a planté son chapitre devant L’église Saint-Aubin de Loigné. Cette commune de 900 habitant du Sud Mayenne s’est d’abord appelée Longre jusqu’au XIXème siècle. Mais ses origines sont plus anciennes. L’antique appellation de Lucaniacius laissant supposer qu’un certain Lucanius y possédait un domaine agricole à la période gallo-romaine .

L’église Saint-Aubin d’origine romane a conservé ses statues polychromes d’origine ainsi qu’un retable au dessus du maître autel.

L’église St-Aubin est dédiée au charitable patron des boulangers.

Ce n’est pas la seule attraction de Loigné : ce village fleuri compte de nombreux manoirs privés (tel le logis seigneurial de Viaulnay avec sa chapelle Notre-Dame de la pitié ) ainsi que les dolmens de la Pescherie.

 

 

 

Festival 2011 : le Refuge de l’arche

Un étonnant Refuge

Au Refuge de l’Arche, on respecte les animaux : vous ne verrez pas de dressage, de spectacles ou de numéros de cirque, mais vous pourrez observer une très grande variété d’espèces animales dans un calme retrouvé, après une vie le plus souvent trop perturbée au contact de l’homme.
Réputé en France et à l’étranger (près de 650 reportages et émissions de télévision), le Refuge de l’Arche accueille les animaux de la

faune locale trouvés blessés ou malades, et qui après avoir été soignés, sont relâchés dans leur milieu naturel. Seuls les animaux trop dépendants de l’homme sont gardés.
Il accueille également les animaux domestiques ou exotiques devenus trop encombrants pour leur propriétaire. Les animaux sont installés sur de grands espaces : parcs, volières, abris couverts, avec terrasses de vision et d’observation permettant aux photographes et vidéophiles des prises de vue sans grillage pour les grands animaux tels les lions, tigres, ours, loups, singes, léopards, etc…
(extrait du site du Refuge de l’Arche)

Pour réaliser l’affiche du festival 2011, Loïc Jouannigot s’est rendu au Refuge de l’Arche. Accompagné d’Eric Le Quec, président de l’association BDPCG, il a rencontré Aude Huchedé, responsable administrative et encadrante du secteur accueil du Refuge de l’Arche. (photo ci-contre)
Sur cette affiche, Loïc Jouannigot a mis en avant l’ours bosniaque Miljen, dont vous pouvez découvrir l’histoire et quelques images ici.

Visiter le site internet du Refuge

 

 

 

Festival 2010 : le centre culturel des Ursulines

Les commentaires sont fermés.